dans ,

LOLLOL j'adorej'adore IncroyableIncroyable

«Guérilla greffeurs» Greffe secrètement des branches fruitières sur des arbres de ville stériles

Guérilla greffeurs

Un groupe de combattants de la liberté alimentaire se faufilent au milieu de la nuit (et parfois en plein jour); greffant des membres producteurs de fruits sur des arbres urbains stériles.

Connue sous le nom de « guérilla Grafters », leur mission est de fournir des aliments sains et gratuits. Là où ils sont le plus nécessaire , par exemple dans les déserts alimentaires urbains.

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi aucun des arbres des grandes villes ne produisent pas quelques choses d’utiles; comme des noix ou autres fruits ? Selon la Guérilla greffeurs, c’est parce qu’ils sont cultivés intentionnellement.

Les urbanistes sélectionnent spécifiquement des variétés stériles, comme de nombreux arbres fruitiers communs :(pommes, poires, prunes, cerises). En raison de leur beauté pour décorer les rues.

Mais ils ne veulent pas être tenus responsables de tout gâchis. Quand les fruits tombent, ils pourraient créer potentiellement des trottoirs glissants dans la ville; ou attirer toutes sortes d’animaux ( Abeilles, guêpes, oiseaux, écureuils).

Vous pouvez imaginer à quelle vitesse la faune pourrait devenir un problème dans la jungle de béton. Mais c’est peut-être le problème avec les villes. Elles ne sont pas assez sauvages. C’est du moins ce que pensent les Greffeurs de Guérilla.

Les greffeurs sont une main-d’œuvre culturelle internationale auto-sélectionnée. 
Photo de Nicolas Zurcher.

Greffeurs de Guérilla cultivent des fruits tranquillement sur les arbres de la ville

Le mouvement a commencé en 2012 à San Francisco , qui abrite 10 000 arbres fruitiers sans fruit.

La fondatrice du groupe, Tara Hui, a essayé d’utiliser toutes les voies légales pour amener la ville à légaliser les arbres fruitiers. Mais elle est devenue rebelle quand elle a réalisé que cela ne menait nulle part.

Depuis, elle a formé un groupe de dizaines de greffeurs furtifs dans la région de la baie de San Francisco. Avec des milliers d’adeptes sur Facebook , dont beaucoup ont formé des groupes de greffage dans leurs propres villes.

Les branches épissées sont collées avec du ruban à code couleur. Afin que les bénévoles puissent surveiller les arbres et s’assurer que les fruits sont récoltés et non gaspillés.

la greffe des arbres est facile et utilise un minimum d'outils. Photo de Thomas Levy.
la greffe des arbres est facile et utilise un minimum d’outils. 
Photo de Thomas Levy.

« Une fois qu’il guérit, il se connecte », a déclaré Hui. « Fondamentalement, la branche fait partie de l’arbre. »

Et à ce moment-là, il est trop tard pour que la ville fasse quoi que ce soit; se vantent les greffeurs.

Défaire la civilisation capitaliste une branche à la fois

Le groupe ne greffe que des arbres qui sont nommés par un intendant du quartier. Qui promet de le maintenir et de s’assurer que les fruits sont récoltés et ne deviennent pas un danger. Les arbres sont également greffés au sein des mêmes espèces; de la pomme fruitière à la pomme ornementale par exemple.

Si tout se passe bien, dans quelques années, les branches greffées fleuriront et porteront des fruits. Sur la cinquantaine d’arbres que Guerrilla Grafters a transformés, quelques-uns ont déjà produit des fruits.

«Deux mois après l’avoir greffée, elle a fleuri et nous y sommes retournés et avons vu des petites poires dessus». «Certains passants doivent l’avoir ramassé, c’est l’idée. Il n’y a aucun propriétaire de ces arbres. Il y a juste l’intendance. « 

« C’est comme la version du graffiti mais en jardinier », a déclaré Claire Napawan. Professeur d’architecture paysagère à UC Davis. « Même s’il est question de la capacité à produire suffisamment de nourriture pour faire la différence… En tant que pièce de sensibilisation, c’est une bonne idée. »

Une personne sur quatre à San Francisco fait face à la menace de la faim ou d’une mauvaise alimentation, selon la SF-Marin Food Bank . Le projet est destiné à permettre à quiconque qui a faim de cueillir gratuitement des fruits dans le domaine public. 

Et beaucoup plus. Pour les membres des Guerrilla Grafters, le projet consiste également à promouvoir les espaces publics, la diversité écologique et à faire participer le public à l’environnement. 

Une carte du glanage urbain

Les guérilleros greffent des branches fruitières sur des variétés d’arbres fruitiers ornementales et non fructifères (par exemple, les villes utilisent souvent des arbres fruitiers stériles pour leurs fleurs printanières colorées). Au fil du temps, des fruits délicieux et nutritifs sont mis à la disposition des quartiers grâce à ces greffes.

Cette carte montre certains des arbres fruitiers ornementaux les plus courants. Si vous êtes greffeur, jardinier ou passionné d’arbres fruitiers ; contribuer à l’information de votre région et étiqueter les arbres de votre parc ou de votre quartier ; qui peuvent être greffés avec des branches fruitières !

Le manuel Greffeurs Guérilla, pour des greffes facile en PDF

le manuel Greffeurs Guérilla est en PDF et en Français ici sur le site

Le manuel Greffeurs Guérilla, pour des greffes facile en PDF

Le groupe :

Qu'en pensez-vous?

651 points
Upvote Downvote

Commentaires

Laisser une Réponse
    • « non comestibles »? Ils sont non comestibles que s’ils sont pulvérisés de produits les rendant non comestibles (y compris les gaz des pots d’échappement des voitures, s’il y en a beaucoup).

      Certaines cerises ne sont pas faciles à manger crues (trop acides, ou trop âpres, etc.) mais ça ne veut pas dire qu’elles ne sont pas comestibles! Faîtes-en de la délicieuse confiture ou bien transformez-les en cerises à l’eau de vie (laisser dans de l’alcool pour fruits + sucre pendant quelques mois et ça devient délicieux). Idem pour les pommes etc.

  1. BOnjour,

    Chouette article. Vraiment dommage qu’il soit rempli de fautes d’orthographe. Le fond mériterait mieux …

    • Bonjour,
      Vous mangez de l’orthographe?
      Nous n’avons pas tous les mêmes compétences, c’est un bonheur!
      Vous pouvez vous proposer pour entretenir orthographiquement le site si cela est important pour vous.
      Cordialement,
      Océane

      • Bravo (Mme ou Mr) Lasalle

        Votre commentaire force l’admiration.

        Et pourtant je suis un enseignant à la retraite, et j’ai gâché une partie de mon temps à corriger les fautes sur les copies d’élève.

  2. Je trouve l’idée plus intelligente que de balancer des noyaux n’importe où qui ne pousseront pas pour la plupart.

  3. Le parti pris est un peu brutal, c’est plus compliqué a ce qu’il ne paraît… Cela revient à dire que certaines espèces sont plus utiles que d’autres, en l’occurrence les « comestibles » au vue de l’humain. Tout arbre a son utilité écologiquement, et dire qu’il est stérile c’est réducteur. La faune apprécie des tas d’arbres. De plus c’est un frein à la biodiversité que de cultiver des fruitiers partout où l’on vit. Étant donné que les sols urbains sont pollués, c’est un risque a ce que les fruits comportent ces agents polluants lorsque l’arbre puise ses « sels minéraux ». Il y a aussi la pression citoyenne, avec ceux qui veulent une ville propre, sans devoir se sentir obligé d’entretenir les espaces verts. Bref c’est un vaste sujet qui fait débat, et qui mérite d’être traité sur tous les points de vue. Car greffer (qui est un acte intrusif sur n’importe quelle espèce vivante) là où un groupe le décide, c’est pas non plus très démocratique.

  4. Une fois qu’il guérit, il se connecte », a déclaré Hui. « Fondamentalement, la branche fait partie de l’arbre. » encore une fêlée hare Krishna ….. Et les services des espaces verts de la ville ils sont idiots ? Lol non …

    • le jardinier de la ville , n en à rien à fiche
      à moins qu’un supérieur s’en inquiète . Donc 79% de chance pour que la greffe reste 😉

  5. L’article écrit par je suppose un petit enfant qui apprend la conjugaison par internet pour cause de covid nous dit: « Quand les fruits tombes, ils pourraient créer potentiellement des trottoirs glissant dans la ville; ou attirer tout animal (pensez aux abeilles, oiseaux, écureuils). » Oui les fruits tombent (pardon, tombes (!!!)) mais j’ai rarement vu des abeilles manger des pommes comme j’ai rarement vu des oiseaux le faire. En revanche, les rats pullulent en ville et seront ravis de recevoir de la nourriture en quantité.

  6. Là où j’habite il y a un mûrier à la saison on ne peux plus marcher sur les trottoirs hyper glissant tellement il y a de mûres qui jonchent le sol et si vous y allez quand même les mûres collent aux chaussures et la bonjour le ménage quand vous êtes chez vous notamment si vos enfants ne quittent pas leurs chaussures, le bien parfois peut être pire que le mal, des arbres fruitiers en ville pourquoi pas mais certainement pas sur la chaussée, ce n’est pas ça être Écologiste …….

    • @Mic, malheureusement personne ne connait les arbres mûriers, les gens ne connaissent que les buissons de mûres. De plus (on a les mêmes à côté de chez nous) , c’est un arbre haut et les branches sont inatteignables car coupées apparemment. Je parie qu’un cerisier ou un pêcher seraient au contraire pris d’assaut, quitte à y amener l’échelle!

  7. Je trouve ça génial!
    Mais il y aura toujours des gens pour critiquer les belles idées!
    Continuez votre beau projet!
    Je vais partager l’idée par ici.
    Bravo!!

  8. 5 ou 6 pubs qui s’affichent tout au long de la lecture de l’article, pour des applis, des protéines, etc… Ça fait un peu tâche au milieu d’un article qui parle de lutte et d’anticapitalisme 😉

  9. Bravo, belle action, continuez car dans quelques années, de plus en plus de gens seront bien contents de trouver des fruits gratuits.

  10. Super idée, de toute façons un pas doit être fait. Vous au moins vous essayez ça me donne envie de vous rejoindre

  11. Dans ma ville, les espaces verts, hors piétonniers, sont plantés depuis peu, d’arbres fruitiers libres d’ accès.

  12. C’est une très bonne idée ! A faire dans l idéal avec accord et soutien des mairies ou sans accord. Un jour il faudra peut-être casser le béton des villes pour nourrir la population et pour lutter contre le ravage des inondations. Continuons et développons ce genre d’initiatives. René Char dirait ‘à te regarder ils s’habitueront ‘

  13. « Les urbanistes sélectionnent spécifiquement des variétés stériles, comme de nombreux arbres fruitiers communs »
    Non les urbanistes ne décident pas de cela, paysagistes et promoteurs peut être et politiques c’est sûr, le font.

  14. Bravo ! C’est une super idée. Que le monsieur qui n’a jamais vu d’abeilles butiner dans un pommier aille prendre l’air ailleurs. Quand aux rats, ils sont davantage attirés par les poubelles que par les fruitiers.

  15. Merci Berny pour ton témoignage.
    Oui enfin une belle actions dans la diversification des arbres fruitiers et ornementales. Et de plus , usont de l’agréable à l’utile. Je soutiens cette initiative d’intrusion pour une bonne cause et qui peu sauver des vies croyant famines.
    Des humains, tous différents sommes nous, et donc des heureux et des mécontents …. Faisons pour la bonne cause de l’humanité du vivant

  16. J ai bien peur que les planificateurs urbains soient eduques pour ne surtout pas laisser la possibilite de nourriture gratuite dans une ville. Le.fait qu il s agisse au depart de SF, une municipalite hostile aux SDF, confirme mon inquietude

  17. Dans les parcs ce serait moins dangereux que sur les trottoirs et moins proche de la pollution?
    Je ne connaissais pas cette super initiative, mais je faisais déjà ma petite révolution personnelle, en plantant des potirons, tomates, citronniers, lavande, dans les bacs à fleurs délaissés de mon HLM. Et des fleurs en plus pour mes voisins des rez-de-chaussée qui sont en fauteuil roulant.
    Ce n’est pas pour me vanter, je suis comme ça naturellement, mais pour espérer que vous n’attendez pas une méga organisation internationale pour agir autour de vous. Au lieu de vous acharner sur les fautes d’orthographe et les incohérences. Ce qui compte, c’est le geste, non?

Un Ping

  1. Pingback:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

BOUTURE et POLLINISATION du pitaya

Le manuel Greffeurs Guérilla, pour des greffes facile en PDF

Le manuel Greffeurs de Guérilla, pour des greffes facile en PDF